Ca y est, le printemps est là. Le mistral et la tramontagne ont décidé de se calmer un peu. Dimanche, il faisait beau et chaud, un vrai temps du sud. Malheureusement, les plantes en patissent. Je vais devoir commencer à arroser dès demain matin, sinon mon lilas qui débute sa floraison va crever.

En fait, le vrai problème dans le Sud, c'est la flemmingite aigüe qui atteint tout le monde à partir d'une certaine température. Je commence à la ressentir: au lieu de désherber mon potager ou autour de mon rosier, je préfère installer un matelas dans l'herbe et bouquiner au soleil en étant gagner peu à peu par une douce torpeur... Les seules épargnées sont mes filles qui profitent de leurs vacances et du jardin en jouant un remake de l'enfant sauvage. Elles retournent à leurs racines préhistoriques et s'éclatent à longueur de journée à cueillir des fleurs, se rouler dans l'herne, chasser les escargots, pourchasser le chat, etc... Au moins comme ça, je peux faire mes siestes tranquille.

D'ailleurs, là, c'est l'heure de ma pause post-déjeûner. Accompagnée d'un bon café, je vais rêver à un jardin où les plantes se planteraient toutes seules et les mauvaises herbes partiraient d'elles-même conscientes qu'on en veut pas...

Rendez-vous au prochain sursaut d'activité.